Conférences

 Je vous propose une conférence sur les masques dans le monde.

Le masque « du rituel au théâtre ».

Qu’est ce qui peut bien relier le masque d’une tribu africaine à celui du théâtre grec et à la caricature des masques de carnaval ?

L’origine des masques se confond avec l’origine des sociétés humaines. Le masque est porté sur tous les continents. Le masque est, peut-être un des seuls, dénominateur commun à toutes les civilisations. Pourquoi ?

Voici la question que nous tenterons d’explorer.

I- Les Rituels

Parce qu’ils font peur, les masques servent aux hommes de pouvoir à assujettir le peuple depuis la nuit des temps.

Les chamans, les sorciers, les chefs de tribus créent des rituels, des fêtes, des cérémonies, qui reviennent régulièrement pour asseoir et transmettre les codes sociaux. Dire et redire au rythme des cycles naturels ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Nous sommes dans le domaine des rites qui s’adressent à des croyants. S’en suit toute une déclinaison de rituels concernant les exorcismes, initiations, protections, passages de la mort, etc. Les masques servent d’intermédiaire entre les forces surnaturelles et les hommes.

 II-Le théâtre.

Pour chaque société au passage de l’oral à l’écrit, le masque perd sa fonction première de transmission des codes. Sa toute puissance se transforme en magie pour entrer progressivement dans le domaine du théâtre face à des spectateurs.

Parce qu’il métamorphose celui qui le porte, le masque devient un médium, transforme l’acteur, le rend plus grand. L’acteur masqué n’est plus seul, avec le masque il a un allié indéfectible pour faire apparaître un personnage autre que lui-même.

Le théâtre d’aujourd’hui joue avec des masques plus ou moins comiques et ce faisant il permet une expression de l’homme plus universelle. Sous le masque le comédien perd son identité d’individu pour investir le personnage archétypal. Nous ferons l’état des lieux de la pratique du théâtre masqué des grecs à nos jours. Sans oublier l’Asie bien entendu.

III-Le Carnaval

Parce qu’il cache  celui qui le porte le masque permet au carnavalier  de  transgresser les tabous de la société. Le carnaval est issu directement des fêtes populaires ou les dieux ( Dionysos chez les grecs) étaient accompagnés par toute une horde d’êtres débridés censé contrebalancer la profondeur tragique de l’hiver par une liesse comique. On retrouve ce phénomène de bouffons un peu partout dans le monde

Aujourd’hui plus les sociétés sont coercitives plus le carnaval est important. Il reste un maigre, mais essentiel espace de liberté individuelle.

—Un petit diaporama vient illustrer la conférence qui dure entre 1h et 1h30.

A l’issue de cet exposé je peux faire une démonstration avec trois exemples de théâtre masqué (Japon, commedia dell’ arte et contemporain) pour donner une petite idée de la diversité d’expressions que l’on peut atteindre avec des masques.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :